Nunavut (Repulse Bay)

Photo aérienne Nuvavut

Suite à notre atterrissage à Repulse Bay ces enfants veulent se faire prendre en photos avec le pilote du petit avion. À noter il est une heure du matin…

Photo aérienne Nuvavut

L’aviateur photographe en pleine capture d’images au-dessus de Repulse bay.

Photo aérienne Nuvavut

Arrivée sur la capitale du Nunavut, Iqaluit ( Frobisher Bay pour les anciens ). On retrouve un peu de gazon après avoir survolé la toundra nordique pendant des heures.

Photo aérienne Nuvavut

Vents de 40 noeuds sur l’aéroport de Inukjuak nous obligent à attacher mon avion avec des barils de pétrole.

Photo 2449

Photo aérienne Nuvavut

Gracieux mouvement de glaces à marée descendante à Repulse Bay ( 66 deg 30 minutes nord/86 deg 13 minutes ouest ). Le mouvement de va-et-vient de la marée brise la glace et nous offre ce magnifique tableau.

Photo 2459

Photo aérienne Nuvavut

Village de Repulse Bay maintenant nommé Naujaat en langue Inuit ( 66 deg 32 minutes nord/86 deg 16 minutes ouest ). La seule petite piste d’atterrissage où je me suis posé nous montre à quel point ce petit village de l’Arctique canadien est très isolé et fragile.

Photo 2493

Photo aérienne Nuvavut

Congestion sur la glace à Repulse Bay. Ici motoneiges et bateaux de pêche se partagent le bord de mer à la fonte des glaces en juillet. Les Inuits doivent faire preuve de prudence pour ne pas perdre leur précieuses machines qui sont en fait des outils de survie essentiels ( pêche et chasse ).

Photo 2507

Photo aérienne Nuvavut

Mon ami, mon allié, mon avion C-GMUQ sur le taxiway à Repulse Bay. Ce Cessna 172 avec des réservoirs en carburant de 7 :30 heures m’a permis de survoler ce territoire hostile et inhospitalier avec très peu d’endroits où se poser. À noter notre équipement de survie et aussi ma carabine ( winchester 45-70 ) au cas d’attaques d’ours polaire .

Les photos 2449, 2459 et 2493 ont été prises à 01:00 du matin avec une lumière extraordinaire. C’était la première fois de ma carrière de photographe où j’ai pris des clichés de jour à une heure du matin. Cette lumière exceptionnelle m’a obligé à me surpasser car sans augmenter mes ISO j’ai dû stabiliser la caméra avec des vitesses d’obturation inférieures à 1/500. Mes boitiers Canon 1DS mark2,mark3 et mes lentilles lumineuses 2.8 ont permis de réaliser ces images uniques au monde.